Un site utilisant unblog.fr

-4-Bruille-Saint-Amand

Bruille-Saint-Amand

->§<-

Localisation géographique

Source  Géoportail IGN

Bruille-Saint-Amand se trouve à 19km au nord de Valenciennes entre Fresnes-sur-Escaut et Saint-Amand-les-eaux.

Brève présentation

L’agglomération  est bordée d’une part par la Chaussée Antique dite « Brunehaut » Bavay-Tournai en limite de la forêt de St Amand-Wallers-Raismes et d’autre part par l’Escaut canalisé.

Elle a été constituée de la réunion de quatre hameaux : Bruille, Hauterive, la prévôté de Notre Dame au Bois et la vicomté de Forest.

Environ 1700 habitants se répartissent entre Notre-Dame-au-Bois où se trouvent les commerces, la Mairie, l’école et Bruille-St-Amand.

Cette agglomération a la particularité de posséder 3 églises, 2 monuments aux morts et 2 bureaux de vote.

Située à peu de distance de la Belgique sur un « couloir » d’invasions. Une  frontière mouvante au gré des envahisseurs : Autrichiens, Hennuyers, Espagnols, Flamands, Normands, Français, Allemands etc) l’agglomération lui doit en grande partie cet éparpillement géographique.

Le paragraphe suivant va vous faire découvrir une partie des patrimoines religieux et militaires de l’agglomération à partir d’une carte sur laquelle vous retrouverez des repères numériques rouges sur un cercle jaune vous permettant de localiser les prises de vues.

NB : Une des conséquences de l’éparpillement des Hameaux fait que  vous retrouverez le repère 9 sur la carte du début de cet article.

N’hésitez pas à agrandir l’image. Un mode opératoire figure dans la colonne de droite du blog.

Bruille avec repéres

Découverte de l’ agglomération.

Repère 1 : La Chapelle Notre Dame de Malaise.

Vous la trouverez  rue Henri Durre (Hameau de Notre-Dame au Bois), sa construction date de 1243. Elle est la plus ancienne chapelle mariale au nord de Paris.(on parle d’ apparition mariale lors d’une vision de Marie mère de Jésus).

Quelques vues de la chapelle avant d’en narrer sa fabuleuse histoire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Portail d’entrée

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue du cœur de la chapelle avec la statue illuminée de Notre-Dame-de-Malaise

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cependant en entrant, sur votre gauche, vous avez sans doute été surpris par un immense tableau d’ environ 3,5 mètres sur 3 mètres divisé en 11 scènes commentées.

Peinture à l’huile sur toile exécutée en 1376, rénovée en 1650 et dernièrement en 1979.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est difficile d’en lire le texte, vous le retrouverez ci-dessous avec quelques photos des 11 compartiments qui racontent l’histoire de l’apparition de Marie et de la construction de la chapelle qui s’en suivit. (Désolé de ne pas placer plus de photos. Faute d’éclairage suffisant les photos ont été prises au flash, certaines d’entre-elles reflétaient uniquement l’éclat du flash, d’autres ont été prises avec un temps d’exposition trop long  occasionnant un flou qui n’a rien d’ artistique)

Relevé du texte de chaque compartiment.

-1-En l’an 1243, l’abbé Evrard sommeillant sous un chêne entendit un grand bruit s’éveillant entendit une voix : « Ce lieu est saint. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-2-Tableau central

La Ste Vierge apparut à l’abbé Evrard et lui ordonna de bâtir une plus ample chapelle. Ces tableaux ont été tirés après ceux faits en l’an 1376. Ensuite renouvelés par l’abbé Magnete en l’an 1650.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-3-L’abbé Evrard vient avec ses religieux servir la Sainte Vierge en ce lieu. Ce tableau a été fait l’an 1722.

-4- Les gens de Valenciennes inspirés de la Sainte-Vierge fournirent de quoi bâtir cette chapelle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-5- Ensuite des ordres de la Sainte-Vierge, l’abbé fait jeter les fondations d’une plus ample chapelle qui fut achevée en peu de temps.

-6- La chapelle étant  achevée, l’illustrissime Assonne, évêque d’Arras vint bénir la chapelle en l’an 1244.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-7- L’abbé Evrard résigne sa crosse. Autorisation du Pape, à son prieur en présence de sa communauté, pour vivre en ce saint lieu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-8- L’abbé Evrard étant mort, on  porte son corps pour l’inhumer à Château l’Abbaye.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-9- Le frère du dit Evrard étant en Turquie sut par la révélation d’un ange la mort de son frère.

-10-Transport du corps d’Evrard par les Anges dans cette chapelle.

-11- Les religieux inquiétés pendant plusieurs nuits, résolurent de déterrer  le corps d’Evrard qu’ils ne trouvèrent plus.

-§-

Commentaire personnel.

Les apparitions de la Ste Vierge reconnues officiellement par l’église se comptent au nombre de 16 dans le monde dont 5 en France. L’apparition Mariale à l’abbé Evrard n’en fait pas partie.

-§-

Notre Dame aux bois / Notre Dame de Malaise

En fait avant l’apparition de 1243 existait un oratoire près du ruisseau « la Seuve ». Les habitants y honoraient depuis le XIIème siècle une statue de Notre Dame aux Bois. Ce serait à cet endroit que l’abbé Evrard s’endormit.

La chapelle d’Evrard accueillit dès la fin de sa construction au lieu-dit le Malaise une statue en bois  de la Vierge à l’enfant  ayant seule échappé aux flammes qui détruisaient Condé-sur-l’ Escaut.

La chapelle devint Chapelle de Notre-Dame-de-Malaise.

Ci-dessous la statue en chêne de Notre-Dame-de-Malaise

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’où provient le nom de Notre Dame de Malaise ?

Une des explications viendrait du fait que la chapelle ait été construite près des « Bois de Malaises » appartenant vers 1216 au Châtelain de Mortagne.

Une autre explication voudrait que malaise signifie cachot où le condamné ne pouvait ni s’allonger ni se lever. Sa seule bonne conduite lui permettant de se dégourdir dans la chapelle et de conserver un espoir de survivre.

Encore aujourd’hui Notre Dame  de Malaise est l’objet d’une grande dévotion. Tous les ans,  le 15 Août un pèlerinage et une procession jusqu’à l’église Notre-Dame (rep 2) s’y déroulent. Régulièrement des fidèles viennent prier pour la guérison de maladies. Il faut dire que l’histoire raconte quelques guérisons  miraculeuses.

-Guérison en 1732 du capitaine Adolphe de Mutzen en garnison à Condé d’un asthme chronique.

-Vers le milieu du XVII ème siècle le fils du comte Duchatel de Houarderie tombe malade, Les médecins déclarent qu’il va succomber. La comtesse invoque Marie, qui lui apparait «  Quelqu’un en votre nom doit visiter le sanctuaire de Notre Dame au bois ». Le Comte se précipite, se prosterne devant Notre Dame de Malaise. De retour au château il trouve son enfant en parfaite santé.

Le pèlerinage depuis Valenciennes :

Extrait du « Précis historique et statistique sur la ville de Valenciennes » De Joseph Desfontaines de Preux 1825 . Page 60

Source Google Books : Lien Cliquez ici

« Les Filles de St Dominique connues sous la dénomination des Dames de Beaumont honoraient Notre Dame de Malaise au Bois une compagnie bourgeoise connue sous le nom de Bigornieux avait pris cette Vierge pour sa patronne elle allait chaque année à Notre Dame au Bois village distant de Valenciennes d’ environ trois lieues tambour battant enseignes déployées elle en revenait de même avec le simulacre de la Sainte Vierge que les confrères reportaient avec les mêmes honneurs après la procession du 8 septembre L’uniforme de cette confrérie était habit vert parements et revers blancs veste et culotte blanches ».

-§-

Commentaires personnels:

-La vision Mariale de l’abbé Evrard n’est peut-être qu’une énième tentative de Christianisation de notre région longtemps réfractaire à cette nouvelle religion venue avec les envahisseurs Romains. Nos ancêtres de Gaule Belgique descendants des celtes ont longtemps continué à vénérer les menhirs et dolmens (environ 50000 en Europe)

« Visibles de loin, ils constituent enfin des symboles pour les communautés paysannes qui les ont érigés. Les menhirs isolés sont peut-être des idoles de pierre, à l’image d’une divinité (ou d’un chef vénéré comme un dieu après sa mort). Les cromlechs et les alignements sont orientés par rapport aux astres et forment des sanctuaires. Ils sont probablement dédiés au culte solaire ». Source: cliquez ici

-l’église a publié lors d’un des conciles de Carthage, celui de l’an 401, un décret ordonnant  la destruction   des simulacres des faux dieux.

« Décret 15e : Il est ordonné que l’ on demandera aux empereurs la destruction de tous les restes d idolâtrie qui pourraient encore subsister des bois sacrés et simulacres des faux dieux. »

Source ; Dictionnaire universel des conciles par  Par Adolphe-Charles Peltier en 1847 Google Books

-Déjà en 364-367 l’empereur Romain Valentinien, fervent promoteur du Christianisme,  faisait raser le temple de Valenciennes et détruire toutes les statues des anciens cultes païens. Il faut dire que les Gallo-Romains à cette époque  avaient fait leurs les dieux romains tant ils ressemblaient aux leurs.

Mars dieu de la guerre pour les Romains   avait son équivalent Gaulois Teutatis dieu des guerriers.

Jupiter dieu du ciel chez les Romains avait son équivalent gaulois Taranis dieu du ciel et du feu.

Diane déesse chasseresse avait son équivalente gauloise Epona déesse cavalière. etc

Les menhirs, dolmens…ont subi pour la plupart le même sort, certains ont été renversés, d’autres christianisés, d’autres encore transformés en pavés.

-Coïncidence remarquable un dolmen ou un menhir aujourd’hui disparu se trouvait le long de l’Escaut près de Vieux Condé, non loin d’Odomez. Voir carte ci-dessous dressée en 1928 par M Léon Desailly Archéologue, publiée dans le bulletin de la société préhistorique de France.

 M. Desailly dans son bulletin « Les mégalithes de l’Escaut entre Valenciennes et Tournai » écrit

 « Un lieudit du territoire de Vieux Condé s’appelle encore : La couture de la grosse pierre. Cette couture longe l’Escaut. Mais ce qu’il y a de plus curieux et de fort intéressant c’est que le chemin qui conduit à cette couture et par conséquent au mégalithe disparu s’appelle encore chemin des amoureux. Or dans l’Ouest de la France, où existent encore de nombreux mégalithes, les fiancés, les jeunes mariés, vont encore de nos jours se frotter contre ces monuments, qu’ils considèrent comme fécondants. Donc à Vieux Condé on trouve une double raison pour admettre l’existence d’un monument mégalithique à proximité de l’Escaut. Voici donc l’Escaut jalonné sur son parcours par cinq mégalithes. Nul doute qu’il devait jadis s’en trouver beaucoup d’autres…..Les mégalithes devaient êtres pour nos ancêtres préhistoriques des édifices de culte du même genre que nos églises actuelles »fin de citation. Source : Site Persée (cliquez ici),  

Les Mégalithes de l'escaut

Les monolithes sont d’origine Néolithique comme le sont les chaussées dites Brunehaut. (Autre bulletin de M. Desailly). Ils s’y trouvent généralement à peu de distance.

Que conclure de cette parenthèse sur les menhirs et leur culte associé qui n’a rien de « catholique » ? L’abbé Evrard aurait-il rêvé d’une solution pour remettre ses ouailles dans le droit chemin ? Aurait-il  appliqué avec zèle les décrets pontificaux ?

Indirectement il a réussi grâce à la statue de Notre-Dame-de Malaise à tel point que la chapelle devenue église paroissiale est devenue trop petite pour les paroissiens d’Odomez et ceux de Notre Dame au bois, il fallut construire une autre église : L’église Notre-Dame repère 2 de la carte à quelques centaines de mètres de la Chapelle.

Fin des commentaires personnels.

-§-

Avant de clore cet aparté sur les monolithes Celtes. Regardez cette photo c’est celle d’un Restaurant-bar situé à Odomez sur la D954 qui traverse Bruille. La tradition orale aurait-elle gardé le souvenir du Dolmen disparu ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Repère 2 : L’église Notre-Dame

L’idée de construire cette église afin d’accueillir les paroissiens qui ne trouvaient plus assez de place dans la chapelle Notre-Dame-de-Malaise, date du milieu du XIX ème siècle. Elle fut consacrée en 1878.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Repère 3 : La chapelle ou Oratoire St Roch

Cette chapelle consacrée à St Roch se trouve rue Berthelot, elle est située près d’une source.

L’école qui jouxte le petit square de la chapelle porte le nom d’école de la source.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ci-dessous : La source (un panneau avertit qu’elle n’est pas potable bien que des marches soient aménagées pour y accéder).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un regret :si vous regardez à travers le grillage à fines mailles de la porte de la chapelle, vous apercevrez une statue de St Roch , mais en fait il ne s’agit que d’une photo couleur d’une statue du Saint équipé de sa tenue de pèlerin, bâton, gourde, coquilles St Jacques sur la cape. Il montre, comme il se doit, la guérison de sa cuisse atteinte de la peste. Son chien qui l’a nourrit pendant sa maladie (que l’on retrouve toujours sur les statues du Saint) est remplacé sur la photo par un chien en peluche ! (Le cliché que j’en ai pris ne figurera pas dans cet article.)

 Repère 4 : La ferme Lemer

En empruntant la rue Berthelot sans tourner vers la rue du Dr Roux vous arrivez en vue d’un imposant corps de ferme avec cour centrale. C’est la ferme dite « Lemer » du nom de son ancien propriétaire. Sa construction date du XVIIIéme siècle, elle vient d’être réhabilitée en nombreux logements.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Repères 5 et 6 : Le Château Forest

Il ne reste rien ou si peu du château féodal de la vicomté de Forest. Par contre un Châtelet et ses dépendances ont été construits  en 1908 sur ce qui ressemble à deux ilots.

Les fossés qui entourent le château  sont alimentés par la fontaine de l’Horbe. (Voir plus loin rep 7). Ci-dessous vue du pont et du portique d’entrée de la demeure.(repère 6)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

1415310182-Bruille-notre-Dame source CPAramaSource Forum CPArama

À l’arrière du châtelet on retrouve une des 12 casemates implantées sur le territoire de la commune construites à la hâte dès 1937, à peine terminées en 1940 pour contrecarrer  toute invasion.(repère 5).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour en savoir plus sur la ligne Maginot cliquez ici

Repère 7 : La fontaine de l’ horbe.

La fontaine se trouve au bout de la rue de l’Horbe. Elle collecte les eaux qui alimentent les fossés du Château Forest. Sa construction a été maintenue en bon état, un escalier permet d’y accéder.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Repère 8 : Mémorial  du 43ème Régiment d’infanterie

Lire sur le site internet de la Mairie d’Odomez, en cliquant ici , le récit de l’enfer subit par les soldats du 43ème régiment d’infanterie lors de la bataille de l’Escaut.

La photo ci-dessous représente la casemate adossée à l’ancien moulin à vent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le mémorial sur le parvis duquel figure le nom des  231 victimes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Repère 9 : L’église St Maurice

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette église se trouve excentrée à la sortie de Bruille St Amand.  Elle se situe  quasiment sur le territoire de la commune de Château l’Abbaye.

La  statue équestre datée de 1676 en pierre polychrome de St Maurice est classée aux Monuments Historiques au titre d’objet depuis le 19/12/1977.

Lire la légende de l’exécution des légionnaires de la légion Thébaine  commandée par St Maurice qui avait refusé de massacrer  les chrétiens de la région d’Agaune. Cliquez ici (source Wikipédia)

-§-

Fin de l’article.

Ces quelques photos, anecdotes, légendes devraient vous inciter à découvrir ce village du Hainaut si proche de Valenciennes mais que certains ne connaissent pas.

À bientôt pour la découverte d’autres villages du Hainaut.

-§-

Sources utilisées :

-Site internet de la mairie de Bruille St Amand Cliquez ici

-Site internet de la mairie d’ Odomez Cliquez ici

-Les sanctuaires de la mère de dieu dans les arrondissements  de Cambrai, Valenciennes et Avesnes  par Alexis Possoz 1848 (Google Books cliquez ici)

- Les mégalithes de l’Escaut entre Valenciennes et Tournai de L. Desailly source site Persée Cliquez ici

-Dictionnaire universel des conciles par  Adolphe-Charles Peltier en 1847 Google Books. Cliquez ici

- Précis historique et statistique sur la ville de Valenciennes » De Joseph Desfontaines de Preux 1825. Page 60 Source Google Books : Cliquez ici.

-§-

LICENCE  CC-BY-NC-SA  Licence Creative Commons
Les photos personnelles de ce blog sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour les autres photos et illustrations: les sources sont citées.

 

 

11 juillet, 2015 à 0 h 54 min


4 Commentaires pour “-4-Bruille-Saint-Amand”


  1. AGdH écrit:

    Bonjour,

    Un très beau site !!!

    Son tableau central porte, à droite, les armes de la maison de Maulde ; on la retrouve dans votre secteur en pas mal d’endroits, alliée avec bien des familles de l’ancien régime …

    Mais à gauche, ce sont les armes d’un ecclésiastique mais en héraldique un religieux ne garde pas souvent ses armes si sa famille en a.

    Sauriez vous chez vous ou sur place lire exactement sa devise ou compléter ces 4 blancs : S _ P E R I S _ _ _ S C U N T afin de déterminer à qui elles appartenaient ?
    D’avance merci
    AGdH

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Grand merci d’avoir visité mon blog.
      Je vais vous envoyer par mail un agrandissement d’un secteur de ma photo d’origine.
      Je crois y lire SUPERIS CRESCUNT ce qui signifierait (d’après la traduction Google) FORTE CROISSANCE. Ce qui serait donc en rapport avec les 3 glands du blason.
      Georges Biron

      Répondre

  2. Philippe écrit:

    De nouveau, un très bel article fort intéressant sur l’histoire locale. Très bien aussi l’itinéraire avec les photos « cliquables ».

    Répondre

  3. BERNARD écrit:

    c’est très bien toujours aussi intéressant et documenté. Félicitations pour le travail et la présentation. on en redemande !!!! ça me donnerait presque l’envie de suivre ton conseil pour mes photos de voyage !!!

    Répondre


Laisser un commentaire