Un site utilisant unblog.fr

-3-VIESLY

Article mis à jour le 10/12/2014

1°) Localisation Géographique

Localisation de VieslySource : Géoportail de l’IGN

Viesly se trouve à environ  18  km à l’Est de Cambrai. C’est avec ses 120m (au pied de la chapelle) un des points culminants de la région.

2°) Brève histoire de Viesly

-Toponymie : Le nom de Viesly n’apparaîtrait qu’au Xème siècle. Viesly s’écrivant autrefois Vieslies. Contraction de vies: Vieux et du celtique ly signifiant champ. Mais on peut retenir également leys nom saxon signifiant pâturage. La toponymie du  village proche : Neuvilly s’expliquerait de la même façon : Nouveau pâturage.

 -Époque préhistorique :

L’occupation préhistorique du site a été révélée par la découverte  de nombreux silex et  haches polies. MM. Lombois et Chiris écrivaient en 1927 qu’un Dolmen se trouvait au lieu-dit « Mourmont » 

« Au début du XIXe siècle la carrière de sable n’existait pas ; à son emplacement on remarquait un dolmen, une sépulture préhistorique dont le souvenir paraît conservé par le mot « Mourmont » mortuo- rum mons, le mont des morts. »

Source: Lombois , Chiris . Les stations préhistoriques des environs de Solesmes (Nord). In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1927, tome 24, N. 3. pp. 81-84.

-Début de notre ère : La bataille de la Sabis.

Jules César en 57 avant JC entreprend la conquête de notre région qu’il appellera  par la suite « Gaule Belgique » alors occupée par différents peuples d’origine  Celtique. Des objets  celtes ont été retrouvés à Viesly au lieu dit «les Etombeaux» dans les années 1840.

Dans « la guerre des Gaulles » César décrit la bataille de la Sabis au cours de laquelle ses légions ont failli être défaites.  L’Histoire en aurait été changée et l’issue d’Alésia également. Beaucoup d’historiens  et de non historiens localisent la bataille de la Sabis , pour les uns sur la Sambre, d’ autres sur l’ Escaut (Scaldis en latin) près de Vaucelles et beaucoup d’autres sur la Selle.(chacun considérant son village comme celui où se sont déroulés ces événements).

Cependant  dans les années 1949-1950 un Vieslysien , Paul Mériaux  a rédigé  , en se référant aux travaux du Dr Bombart (membre de la commission historique du Nord), une histoire très documentée « Viesly notre Village » dans un livret d’une centaine de page  dans lequel il émet l’hypothèse, avec de sérieux arguments topographiques, que la bataille de la Sabis s’est déroulée entre Viesly et Briastre au sud de Solesmes.

-Ci-dessous un résumé inspiré du chapitre « La bataille de la Selle » de M. Paul Mériaux.(1910-1975).

57 avant JC, Jules césar vient de conquérir facilement Amiens (Samarobriva) . Il se dirige vers Bavay (Bagacum). Emprunte-t-il la voie antique Amiens-Cambrai-Bavay qui deviendra par la suite une des 7 voies Romaines que l’on dénommera bien plus tard « Chaussée Brunehaut » ? C’est la voie la plus courte.

Ses légions viennent de marcher pendant 3 jours. Il  apprend de prisonniers que les Gaulois rassemblent 60.000 Nerviens,  15.000 Atrébates,  25.000 Morins et 9.000 Ménapiens et qu’ils campent sur la rive droite de la Sabis à deux lieues de ses légions.

Dans ses « commentaires  sur la guerre des gaulles »  César fournit des descriptions détaillées du terrain qui correspondent par sa configuration  au lieu de la terrible  bataille. Des noms de lieux-dits très évocateurs subsistent à notre époque ils sont par delà les siècles un témoignage de la violence du conflit.

La Sabis (La selle) était à cette époque une rivière de plusieurs dizaines de mètre de large et serpentait entre deux collines entre Solesmes et Briastre.

Revenons aux prémices de cette bataille :

Les Gaulois (Atrébates, Ménapiens, Morins, ….) sont dissimulés sur les hauteurs du lieu-dit « Camp Dolent ». Sur l’autre rive, sur la colline du lieu-dit « Mourmont »,  les romains travaillent au retranchement de leur camp. César place ses légions jusqu’au lieu dit « Les Etombaux ».(au sud du Viesly actuel). Les armées se trouvent  donc face à face séparées par la Selle.

La bataille

César décide «  d’inquiéter » la cavalerie ennemie en faisant traverser la Selle par la sienne. Tout à coup, les Nerviens cachés dans le bois débouchent sur la cavalerie Romaine, l’oblige à retraverser la Selle et la poursuit jusqu’au cœur des légions Romaines. Le combat est partout engagé alors que la plupart des Romains n’a ni casque, ni arme, ni bouclier. César ne trouve le moment de donner un ordre ni de prendre la moindre disposition.  Par contre sur sa gauche deux légions  repoussent les Atrébates  au-delà de la rivière. Au centre deux autres légions ont le même avantage contre les Viromandues. Les Nerviens pendant ce temps continuent l’attaque du camp de César. Chacun est obligé de combattre où il se trouve sans pouvoir deviner même ce qu’il se passe  près de lui.

Les centurions d’une cohorte sont morts ou hors de combat, l’enseigne est perdue, le désordre est à son comble, les soldats découragés sortent de la mêlée, les troupes auxiliaires (Auxilia) et leur cavalerie crient à la défaite de l’armée Romaine et s’enfuient.

Le combat en est là quand César se ressaisit,  arrache le bouclier d’un simple soldat, se porte à la tête des siens et les ranime de la voix. La présence du général ramène alors l’ordre, rapproche deux légions et met en état de soutenir encore quelque temps les efforts de l’ennemi. La dixième légion  et les deux légions laissées à la garde des bagages volent  au secours  du général et la fortune changea de coté. Les Nerviens très belliqueux s’acharnèrent dans un excès de courage et furent presque entièrement anéantis. Des 60.000 combattants Nerviens, à peine 500 en survivront. 

-Arguments qui militent en faveur de l’hypothèse qui considère que la bataille de la Sabis s’est déroulée sur les rives de la Selle entre Viesly et Briastre.

On retrouve sur les cartes du cadastre ou de l’ IGN les lieux-dits suivants :

-La vallée du rouge, c’est l’endroit du déroulement de  la bataille et tient son nom du sang qui y a coulé en abondance.

-La colline du Mourmont qui signifie Mont des morts

-Les Etombeaux : C’est à cet endroit que se trouvaient les tombeaux des  Nerviens. (Des fouilles de 1833 à 1843 ont révélé de nombreux objets Celtes).

La carte ci-dessous localise la Selle, le Mourmont, la Vallée du Rouge sur le territoire de la commune de Viesly.

Viesly_Mourmont et Vallée du RougeSource Géoportail de l’ IGN

Sur la place de Bavay, face à la colonne de la reine Brunehaut, une épitaphe rappelle cette bataille.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAEn l’an 57 avant Jésus-Christ le peuple Nervien sous la conduite de son chef Boduognat avec l’aide de ses alliés Atrébates et Viromandues fit balancer un instant la fortune de César.

 

3°) l’église Saint Martin

-Sa construction date de 1765. Elle est un des rares témoins de l’architecture religieuse du XVIIIème siècle dans notre région. Elle a la particularité d’avoir une tour carrée avec des angles arrondis. L’ensemble est remarquable par sa polychromie : alternance de briques rouges et de grès reposants sur une embase en pierre bleue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-En entrant, sur la gauche, on découvre un retable en pierre datant de 1401.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-Ci après le vitrail de Saint Martin  (les vitraux de l’église datent de 1925).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Saint Piat (Saint Python) prêcha la foi catholique chez les Nerviens à la fin du IIIème siècle et mourut en martyr.  C’est au IVème siècle que Saint Martin évangélisa la région.

-La chaire en chêne sculpté mérite quelques commentaires :

Tout d’abord il faut préciser que celle-ci provient de l’ église Notre-Dame-la-Grande de Valenciennes détruite à la révolution. Source « La voix du Nord » du 27/08/2016  Cliquez ici

Traditionnellement, elle est « du côté de l’évangile » (donc à gauche pour l’observateur qui entre dans une église).

La « cuve » à prêcher (endroit où se tient le prêtre sous l’abat-voix) est décorée de trois des quatre panneaux du tétramorphe  et d’un panneau représentant le Christ prêchant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le tétramorphe représente les quatre animaux ailés tirant le char de la vision d’Ézéchiel (Ez 1 ; 1-14). Leur origine remonte à la nuit des temps et on les retrouve dans diverses civilisations de l’Antiquité avant de les retrouver dans la Bible avec Ezechiel d’abord puis avec saint Jean dans l’Apocalypse (Apoc 4; 7-8). Plus tard, les Pères de l’Église en ont fait l’emblème des quatre Évangélistes : le lion pour Marc, le taureau pour Luc, l’homme pour Matthieu et l’aigle pour Jean. Ils accompagnent souvent les représentations du Christ en majesté. Source Wikipédia

Marc est représenté ou accompagné d’un Lion.( le lion est le symbole du cœur et des passions)

Luc est représenté ou accompagné d’un Taureau. (le taureau est le symbole du corps et des forces de l’homme)

Matthieu est représenté ou accompagné d’un ange ailé représentant l’Homme.( l’homme est le symbole de l’esprit, et des pensées)

Jean est représenté ou accompagné d’ un aigle.( l’aigle est le symbole de l’âme)

Ci-dessous deux des panneaux (voir les autres lors d’une visite)

 -Marc et son emblème le lion.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-Jean et son emblème l’aigle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

4°) La chapelle N.D. du Salut

Date de construction 1730, rénovée en 1817 (d’après des écrits retrouvés lors de la restauration  de 2009). Auparavant ses murs étaient blanchis et sa base goudronnée pour lutter contre l’humidité. Elle se trouve au point culminant de Viesly.

A une époque on pouvait y apercevoir au loin, par beau temps, les rougeoiements des Hauts-Fourneaux de Denain et les terrils des mines. (à environ 20km).

Viesly_La chapelle Notre  Dame du Salut

Chapelle avant sa restauration de 2009

Chapelle Viesly avant sa restaurationLa chapelle se trouve au centre de la patte d’oie constituée de deux anciennes voies conduisant à Cambrai.

La voie de Gauche dénommée « chemin de Cambrai » est un ancien chemin de Compostelle. Il était considéré semble t’il au XVIII ème siècle comme étant la voie du Salut. Ce chemin passe par Bevillers , village dans lequel les chevaliers Hospitaliers possédaient des biens.

La voie de droite vers Quièvy d’après les mêmes sources.( un article de la voix du Nord)  était considérée comme la voie du protestantisme. Pourtant sur des anciennes cartes d’état major on remarque que ce chemin conduisait au lieu-dit « La Maladrerie » de Quièvy.

Or il faut se rappeler que les maladreries étaient les seuls havres du moyen-âge où on y soignait les pèlerins ayant contracté des maladies de retour de leurs pèlerinages vers les lieux saints.  Était-ce une façon d’éloigner les non-pèlerins de cet établissement. ? . Les chevaliers du Temple (Templiers) chargés de la sécurité des pèlerins  possédaient également des biens à Quièvy.

La représentation d’une coquille St Jacques au dessus de la porte confirme bien qu’un chemin de Compostelle passait à cet endroit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Peut-être aviez vous remarqué que les tympans des deux portes de sortie de l’église St Martin étaient ornés de la même représentation de la coquille Saint Jacques ?. L’exhortation  placée au dessus de celles-ci est sans ambiguïté .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« STA VIATORE ET ORA » Arrête toi voyageur et prie.

 

5°) La tour

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette tour ronde en briques et grès est la seule qui subsiste de l’enclos paroissial.

Un panneau d’information posé sur la tour par la CCPS (Communauté de communes du Pays Solesmois) en précise l’histoire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous trouverez des panneaux d’information similaires aux endroits remarquables de Viesly : l’ église, la Chapelle… et dans les communes du Solesmois

à voir également: Patrimoine de la commune de Viesly en cliquant ci-contre:  site de la Mairie .

6°) Un peu de nostalgie

L’ancienne  gare : Les plus âgés se souviennent de la ligne de chemin de fer à voie étroite en provenance de Quièvy qui longeait le terrain de foot, passait devant son entrée pour rejoindre Solesmes. La locomotive  dans un nuage de vapeur prenait son élan pour gravir la légère pente de la gare. C’était dans les années 1950.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On retrouve sur la carte ci-dessous de la McMaster University Hamilton, Ontario datée de 1918 le tracé (en rouge) de la voie ferrée.

Voie ferrée Caudry-SolesmesLa  carte ci dessus est publiée sous licence Créative Commons (CC BY-NC 2.5 CA)

 Ci dessous deux vues de la gare de Viesly (avant et après la guerre 1914/1918)

Viesly La Gare

Viesly Ce qu'il reste de la gare

 

7°) Petite énigme pour les futés

Question : Quel le blason de Viesly ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-Sur les plaques de rues le blason de Viesly est celui du village de Gonnelieu.

-Dans le transept de l’église, c’est le même mais les couleurs sont inversées.

Réponse : Le blason de Viesly « D’or à bande de sable » est bien celui de Gonnelieu . En effet jusqu’à la fin du XIVème Viesly était un apanage de la maison de Gonnelieu , le village en a gardé le blason.

Le blason peint sur le pilier à gauche de l’autel Saint-Martin  proviendrait d’une erreur lors de reconstruction de l’église.

 

8°) Proposition de promenade

Article « La voix du Nord »: De Briastre à Viesly aller et retour par le Mourmont. Cliquez ci dessous:

http://www.lavoixdunord.fr/region/de-briastre-a-viesly-aller-et-retour-par-le-mourmont-jna13b0n427664

-§-

 

Fin de l’article.

Le but de cet article n’était pas de raconter l’histoire complète de Viesly ,mais de vous inciter à la promenade et de découvrir un des villages du Hainaut à l’aide de quelques photos , légendes et anecdotes.

Site de la mairie de Viesly Cliquez ici

à bientôt

NB1: Toutes les photos peuvent être agrandies sur votre écran en suivant le mode opératoire décrit dans la colonne de droite.

NB2: Vous êtes contre l’hypothèse qui dit que  la bataille de la Sabis s’est déroulée entre Solesmes et Briastre. Cliquez ici   (Blog d’ André Bigotte.)

 

§

LICENCE  CC-BY-NC-SA  Licence Creative Commons
Les photos personnelles de ce blog sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour les autres photos et illustrations: les sources sont citées.

 

 

 

 

 

 

26 novembre, 2014 à 21 h 38 min


2 Commentaires pour “-3-VIESLY”


  1. Doublet Jackie écrit:

    j’ai habité Viesly à l’âge de 3 ans à la cité Depreux, j’ai 69 ans, très heureux d’avoir été sur le site de la commune, cela me rappelle des souvenir. en 1967 je me suis marié et habité à Solesmes jusque 1973. maintenant je suis à Bucy-le-Long près de Soissons 02 et passinné de photos.Si vous avez des photos anciennes et récentes je suis preneur. J’ai toujours 2 sœurs à Viesly. Gilberte Lempereur et Françoise Huleux.
    http://www.jackiephotos.e-monsite.com

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Merci M. Doublet pour ce commentaire. Nous avons plusieurs points communs,nous avons exactement le même age, je suis né à Viesly rue brulée, et amateur de photos. Hélas je ne possède pas de photos anciennes de Viesly (ni récentes) si ce n’est des photos de famille.Nous avons peut-être joué ensemble lorsque j’allais chez mes Grands-Parents rue brulée et ceux de la rue du St Hilaire. Maintenant j’habite la banlieue de Valenciennes. Je viens de jeter un coup d’œil sur votre site et découvert la qualité de vos photos. J’ai pris du plaisir à regarder les vues de Coucy-le-Château qui me rappellent de très bons souvenirs en effet dans ma jeunesse, étant scout à Neuville-St-Rémy près de Cambrai j’ ai participé au débroussaillage d’une partie du Château pendant mes vacances scolaires et le soir je participais au son et lumières que nous avions organisé.Nous étions même passés à FR3 régional.
      Bien cordialement
      Georges Biron

      Répondre


Laisser un commentaire